Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Journal d'un chat noir

Journal d'un chat noir

j'pose les bases, j'ai des TCA et pas envie de vivre.


bah du coup j'ai plus la hype du tout

Publié par chat noir sur 2 Mars 2017, 20:07pm

Catégories : #pour m'apprivoiser, #demons

bah du coup j'ai plus la hype du tout

ce matin j'ai lu une sorte d'article (sur snapchat, c'est le post du jour de "Vice") sur "comment aider une personne dépressive ?"

c'était dirigé pour les proches d'une personne en dépression, mais je l'ai quand même lu, pour voir quel type de conseils ça prodiguait et voir un peu si mon entourage les appliquait

du coup je vais réécrire ici certains paragraphes je pense, et mettre en gras ce qui m'a semblé important et commenter un peu, puisque je suis un peu concernée, c'est moi la dépressive 

allez, on commence

 

"Si l'un de vos proches est malade, rappelez-vous que vous n'êtes pas seul - même si vous en avez l'impression. La seule bonne manière d'aider quelqu'un qui souffre de dépression, c'est d'en apprendre plus sur le sujet."

à part ma mère, je crois que personne n'a jamais rien cherché sur la dépression. mon frère, comme je l'ai longuement écrit dans l'article précédent, n'a d'intérêt que pour sa propre personne, et mon père ne fait que me sur-estimer. il sait que je fais une dépression, mais ce ne sont que des mots pour lui. je pense qu'au fond il ne comprend pas ce que c'est, ni ce que ça implique. pour lui je suis malade dans ma tête, mais ça va partir tout seul, puisque rien n'est endommagé, genre mon corps va bien, je peux marcher, je peux courir, je peux bouger, je peux parler, j'entends, je vois, je suis fonctionnelle en gros. comme la dépression ne se voit pas, il pense que ça va partir tout seul. mais juste non.

 

"[la dépression] se manifeste d'une myriade de manières et il n'y a donc pas de symptômes caractéristiques, communs à tous les malades. Ce qui est commun, en revanche, c'est que la dépression n'affecte pas que la personne malade. C'est sa nature propre que de bouleverser également la vie des proches - en particulier celles des amis, de la famille et des conjoints."

mes amis sont bouleversés, effectivement, dans le sens où ils ont l'impression de m'avoir perdue, ils ont perdu l'amie qu'ils avaient depuis toujours, je ne suis plus vraiment la même qu'ils ont connu, ils sont inquiets pour moi. mais ils ont tous leur vie à côté, je n'en fais plus vraiment partie, tout simplement. ça me va, je ne veux pas les embêter. après pour ma famille... mes parents et mon frère sont forcément touchés, je vis avec eux. mais je ne leur parle pas donc ils ne savent pas comment je me sens, et de toute manière ils ne me le demandent pas. ils se contentent de me regarder m'éteindre lentement et de pleurer (par pleurer j'entends "se plaindre") entre eux de moi qui meurt doucement, et que je devrais faire quelque chose, mais je n'y arrive pas. les autres membres de ma famille prennent des nouvelles régulièrement, mais c'est pareil, ils ne s'impliquent pas. sauf pour me dire "va voir un psy" ok non ta gueule

 

"On ne peut pas 'sauver' une personne dépressive. On ne peut qu'être là pour elle."

et j'ai l'impression que personne n'est là pour moi. Königin était là pour moi. mais elle est partie. et depuis je suis toute seule. et j'ai encore plus envie de mourir.

 

"On conseille d'approfondir ses connaissances sur le fonctionnement de la dépression, pour éviter de tenir des propos blessants. En comprenant mieux, on se sent mieux équipé pour y faire face."

très honnêtement (j'ai déjà commencé à le dire tout à l'heure) je ne crois pas que la plupart de mes proches soient allés chercher ce qu'était la dépression

 

"Il est primordial d'avoir une idée de ce que vit la personne en dépression. ça vous frustre d'essayer de lui remonter le moral ? Elle ressent sans doute la même chose, mais puissance 1 000."

ça c'est un des extraits que j'ai le plus aimé, parce que c'est vrai. les gens essaient de me remonter le moral, mais ils n'y arrivent pas parce qu'ils ne savent pas comment s'y prendre. Du coup je me sens coupable de leur faire perdre leur temps, et eux... en fait je ne sais pas comment ils prennent la situation. je sais que mon père pense que je ne fais pas d'efforts. mais mes amis... je ne sais pas. parfois j'essaie de leur faire comprendre que leur comportement n'est pas adéquat par rapport à la dépression. là par contre je fais des efforts, j'essaie de leur explique que ce n'est pas comme ça que ça marche, que ce n'est pas quelque chose à dire, et en général ça se passe bien. il a juste une certaine amie qui a du mal avec la psychologie donc qui n'a pas réussi à saisir totalement ce que je lui ai expliqué. mais elle fait de son mieux pour que je me sente à l'aise avec elle, donc ça compense vraiment.

 

"Il faut réussir à exprimer son amour et son soutien, comprendre l'autre et se rendre utile. On a parfois une approche purement pratique de la maladie mentale, du genre 'Allez, je te fais un thé'. Il y a une intention de bien faire, mais si on n'y met pas les formes, on éclipse la tendresse et l'inquiétude qui sont à la base de l'action."

c'est tout ce que je demande. actuellement, et depuis le début, je me sens invisible. je n'ai jamais reçu aucune petite attention de la part de qui que ce soit. je ne demande pas grand chose, j'ai même pas d'exemple pour illustrer. je voudrais simplement qu'on fasse attention à moi, qu'on me prouve qu'on m'aime et que je ne suis pas aussi malvenue que je le crois. parce que c'est comme ça que je me sens. "en trop". "on ne veut pas de moi ici". tout ce que je demande c'est qu'on apaise ce ressenti. on me regarde jamais. quand je parle on m'écoute pas. je sais qu'on est dans une situation compliquée en ce moment, mais je suis plus assez forte pour tenir debout toute seule. je veux pas qu'on me tienne la main non plus, c'est pas ça que je demande. je veux juste des petites attentions pour que j'arrête de penser qu'on me déteste et qu'on veut que je m'en aille. sauf que j'aimerais que ça vienne d'eux, je veux pas avoir à le demander. parce que l'amour ça ne se demande pas. donc s'ils ne me montrent pas qu'ils m'aiment, pour moi ils ne m'aiment pas. je sais que c'est faux, mais c'est la dépression qui fait ça...

 

"Quand quelqu'un vous parle de suicide, vous avez le devoir, la responsabilité d'agir. C'est trop lourd à porter. Personne ne devrait supporter ça. On dit que la dépression peut être légère, modérée ou sévère, mais c'est une définition médicale qui peut induire en erreur. Parce que des gens souffrant d'une légère dépression peuvent avoir des tendances suicidaires."

j'ai déjà dit plusieurs fois que je voulais me suicider. mais personne ne m'a jamais prise au sérieux. j'ai fait une TS, une fois. personne n'a rien remarqué. si j'étais morte ils ne l'auraient probablement appris qu'un jour plus tard, et ça aurait été bien trop tard. ils ne me prennent pas au sérieux. ils ne prennent pas mon mal-être au sérieux. je sais pas si c'est de ma faute, parce que je dis souvent "tuez-moi" quand même, mais maintenant j'ai aucune crédibilité à leurs yeux. c'est dommage. parce que des fois je représente vraiment un danger pour moi-même mais ils ne s'en doutent pas. et c'est pas faute de leur dire. ils ne remarquent même plus quand je fais des crises psychotiques, et quand ils le remarquent, ils ne font rien, ils attendent que ça passe. je pourrais me tuer pendant ces crises. mais ils ne le savent pas parce qu'ils ne me "voient" pas. je suis juste un problème de plus à leur liste.

 

"La seule bonne manière d'aider quelqu'un qui souffre de dépression, c'est d'en apprendre plus sur le sujet. Cela vous permettra de comprendre ce qu'elle peut penser ou ressentir. Parce quand la maladie comme dans la vie, savoir, c'est pouvoir."

je remets ce paragraphe parce que je le trouve vraiment important. il n'y a rien de pire que de se sentir incompris (à part peut-être se sentir invisible, facultatif, superflu, indésirable et "unwanted", je suis désolée je n'ai pas de traduction exacte en français pour ce mot, mais c'est celui qui décrit le mieux comment je me sens). je veux pas leur expliquer avec mes mots ce que je ressens, parce que déjà je n'y arrive pas, mais aussi je pense que ça aura beaucoup plus d'impact s'ils le lisent dans des forums, des articles ou des livres spécialisés dans la dépression. parce que si c'est moi qui leur dit, ils peuvent toujours penser que j'exagère ou que je simule, alors que si c'est écrit noir sur blanc par des spécialistes, ça semblera toujours plus officiel à leurs yeux. aujourd'hui personne ne comprend ce que je peux penser ou ressentir, et ça me fait terriblement mal. j'aimerais qu'ils comprennent. vraiment. mais ils ont autre chose à faire et à penser malheureusement.

 

c'était très difficile (émotionnellement parlant) d'écrire cet article, mais je suis contente d'être arrivé au bout. si ça peut aider quelqu'un qui me lit, ça sera bien déjà. je ne me sens pas mieux d'avoir écrit et expliqué, mais ça m'a quand même fait réfléchir, ça m'a obligée à poser des mots sur ma situation, choque que je ne fais jamais.

je vais m'arrêter là pour aujourd'hui

A la prochaine,

chat noir

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents