Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Journal d'un chat noir

Journal d'un chat noir

j'pose les bases, j'ai des TCA et pas envie de vivre.


50 Pourcents

Publié par chat noir sur 5 Mai 2017, 03:04am

Catégories : #pour m'apprivoiser, #demons

50 Pourcents

Aujourd'hui j'ai reçu un message de Feh

on se parle plus trop depuis qu'elle a déménagé, mais on se connait tellement bien que c'est pas grave, on peut toujours parler de tout et de rien, rien ne change entre nous

en fait son copain part en Guadeloupe du 17 juin au 1er juillet, et elle se retrouve toute seule. elle supporte pas d'être toute seule, surtout qu'elle vit dans une ville qu'elle déteste et qu'elle a passé une année horrible

elle voulait partir en vacances en même temps, avec un club de voyage, mais la personne avec qui elle était supposée partir lui a fait faux-bond cette semaine. elle a réussi à se faire rembourser, mais du coup elle se retrouve au point de départ

elle a envoyé des messages à tout le monde pour savoir qui était dispo pour partir, et il s'avère qu'il n'y a que moi (et possiblement Couscous, mais Feh m'a avoué qu'elle m'avait contactée d'abord parce que je suis celle qui la connais le mieux, je comprends beaucoup de choses et je connais tous ses démons, donc elle voulait vraiment partir avec moi)

donc a priori, je m'en vais en vacances à l'étranger avec Feh dans un peu plus d'un mois

j'ai dit oui direct, comme ça j'ai pas le temps de trouver des raisons pour ne pas venir, et elle m'a dit qu'elle m'invitait, puisqu'elle sait que je roule pas sur l'or et puis ça lui fait plaisir. elle m'a dit "c'est moi qui veut partir alors je t'invite". elle me disait qu'elle avait prévu un gros budget donc elle s'en fout de devoir le couper en deux pour me faire venir

bon du coup je me suis renseignée pour faire un passeport, ça coûte 86€, mais je suis actuellement en train d'économiser pour un nouveau téléphone, et j'aimerais bien avoir un petit pécule pour quand on partira, quand même. je déteste me faire entretenir, et je suis extrêmement mal à l'aise avec l'idée qu'elle me paie le voyage, mais bon, c'est important pour elle et je veux pas qu'elle se retrouve toute seule

pour une fois que je peux faire quelque chose

et puis on a toujours été proches, je sais qu'elle me comprend, et je la comprends aussi, ça nous fera du bien à toutes les deux de s'éloigner de notre quotidien

donc voilà, on part en Europe

où, on ne sait pas, c'est encore à décider

maintenant que j'ai posé le contexte, je peux parler d'un truc plus sérieux

je suis hyper contente à l'idée de partir en voyage avec elle, mais je suis aussi hyper inquiète et bouleversée (50-50, d'où le titre) parce qu'elle m'a révélé une information non anodine sur elle

maintenant que je me suis renseignée, ça tombe sous le sens, mais jusqu'à présent j'imaginais pas qu'elle puisse souffrir de ça

et maintenant

on ménage

le

suspense

pour rien

(les vrais connaissent)

elle m'a dit qu'elle était quasiment certaine de souffrir de trouble de la personnalité limite (ou borderline), depuis des années, et en me renseignant je me suis aperçu qu'elle avait très probablement raison

elle a jamais consulté parce qu'elle assume pas (d'après ce qu'elle me dit) mais ça explique pas mal de ses comportements

en gros les "symptômes" de ce troubles c'est

  • idées de persécution (ça j'sais pas, elle m'en a jamais parlé)
  • relations instables (ça s'est vérifié par le passé avec de nombreux petits copains qu'elle ne gardait pas longtemps, sauf celle de maintenant et une un peu antérieure mais qui était particulièrement chaotique)
  • attaques de colère, peur de l'abandon (elle est très rancunière et même, je connais certains trucs sur elle qui font que je valide ça aussi)
  • impulsivité (ça se traduit surtout dans les comportements addictifs, elle c'est surtout l'alcool, et sexuels, et elle a eu pas mal de partenaires, moi j'm'en fous, j'étais la première à la défendre quand j'entendais des gens parler mal d'elle)
  • tendances et idées suicidaires (je sais qu'elle se mutilait et qu'elle a eu des TCA)
  • ennui ou sentiment de vide (elle m'a confié qu'elle se sentait très très seule)

enfin voilà, ça correspond à sa personnalité, et ça touche en général les femmes qui ont subi une situation impliquant l'abandon (elle a été adoptée donc je suppose que c'est le déclencheur)

du coup, le truc à faire quand on découvre qu'un proche est atteint d'un trouble mental, C'EST DE SE RENSEIGNER UN MAX DESSUS (chose que je viens de faire) ET APPRENDRE LES GESTES ET COMPORTEMENTS A ADOPTER AVEC CES PROCHES (ce que je vais lister ensuite)

du coup, pour "vivre" avec un proche borderline, ils recommandent :

  • savoir garder ses distances pour éviter les relatons fusionnelles intenses (pour ne pas allumer la peur de l'abandon)

AH J'AI OUBLIÉ, les personnes atteintes de TPB ont tendance à mettre leurs proches à l'épreuve et à les blâmer s'ils réagissent mal, ils les idéalisent beaucoup et on tendance à les dévaloriser lorsqu'ils ont fait un faux pas. ils sont souvent dans le challenge, ils "poussent" à l'abandon et une fois qu'ils sont abandonnés ils disent "tu vois je te l'avais dit que tu m'abandonnerais". bon je caricature beaucoup, mais c'est une des facettes qui rendent ce trouble d'autant plus compliqué à vivre autant pour la personne touchée que pour son entourage

du coup je reviens à ma liste

en réponse au premier point, personnellement j'ai pas eu de relation très fusionnelle avec elle. elle en a eu une avec sa meilleure amie, j'sais même pas si elles sont toujours en contact, je lui demanderai quand je la verrai. mais elle et moi non, on était juste très proches, au point de se confier des trucs qu'on dirait pas aux autres membres de not' crew, mais on était pas fusionnelles, donc ça va

  • ne pas dramatiser les accès de colère dont les malades ont souvent peu conscience.

elle en a conscience. elle sait qu'elle exagère. mais sur le moment elle ne peut pas faire autrement. quand elle va mal je la rationalise, je lui dis que c'est normal qu'elle soit en colère, je la pousse pas à l'être encore plus, mais je lui dis que c'est une réaction tout à fait acceptable et qu'elle finira par se calmer, et qu'il faut qu'elle fasse attention à elle

  • ne pas porter de jugement sur les comportements impulsifs, dangereux qui sont autant d'appel à l'aide (les personnalité borderline ont besoin que leur entourage leur rappelle leur affection et leur inquiétude)

ET C'EST LA QUE JE RESSORS WINNER PAR KO DE TOUT MON GANG, parce que je ne l'ai JAMAIS jugée, JAMAIS JAMAIS JAMAIS. quand elle fumait trop, quand elle sortait trop, quand elle buvait trop, jamais je l'ai jugée, je l'ai même défendue (sans forcément qu'elle le sache, même auprès de nos amis) face aux médisances. pour moi, dès qu'un comportement n'est plus normal, c'est qu'il cache une souffrance. j'estime que si la personne éprouve le besoin de se faire du mal, j'ai pas à en rajouter une couche en lui faisant la morale. au contraire, ce que je peux faire c'est en discuter avec elle pour qu'elle comprenne qu'elle n'est pas seule, et que même si je peux rien faire je l'aime et je veux l'aider à trouver une solution, même si la solution n'existe pas, j'm'en fous, on peut parler d'autre chose et trouves des solutions à d'autres problèmes plus mineurs mais tout aussi pénibles

  • les encourager à partager leur ressenti tout en les rassurant sur leurs qualités, leur valeur

c'est ce que j'ai toujours fait. depuis le début on se confie l'une à l'autre donc ça c'était gagné, j'ai naturellement un don pour voir le positif (mais seulement chez les autres) donc je leur dis comment je le vois, ce positif, et parfois ça aide, de nombreuses fois je lui ai rappelé toutes ses qualités quand elle doutait d'elle-même, et à chaque fois qu'elle a eu besoin de moi, j'ai accouru

  • reconnaître le sentiment d'injustice ou de rébellion

ça aussi, je l'ai fait. je lui disais qu'elle avait raison, qu'elle était pas folle et je lui donnais des conseils quand je pouvais

  • accepter une certaine forme de manipulation si celle ci permet de gagner la confiance (et placer des limites dans le cercle familial, mais ça ça me concerne pas)

j'ai toujours été de son côté donc je pense pas qu'elle ait déjà eu ni besoin ni envie de me manipuler. mais elle sait que je suis disponible, dévouée et loyale pour elle. peut-être qu'elle a essayé de me manipuler quand j'avais des empêchements pour la voir, mais ça a dû arriver deux fois max.

enfin bref, je trouve que dans l'ensemble je m'en suis pas trop mal sortie, sans savoir qu'elle était borderline (elle le savait pas non plus d'ailleurs) du coup je suis assez fière de moi. je demanderai quand même à Gaga des conseils pour bien réagir avec quelqu'un de borderline, puisqu'elle l'est aussi. je lui demanderai quand elle aura le temps d'en discuter

voilà, c'est tout pour moi ce soir

putain j'voulais me coucher tôt et il est bientôt 5h

merde

à la prochaine,

chat noir

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents